Aide technologique : environnement adapté ou environnement numérique accessible

Aide technologique, environnement adapté, environnement numérique accessible

Que vous soyez un élève au primaire/secondaire, un étudiant au cégep/université ou un travailleur, il est important de pouvoir lire et écrire. Malheureusement, si vous vivez avec de l’analphabétisme, avec des difficultés ou des troubles d’apprentissage, une déficience visuelle, une déficience intellectuelle ou une déficience motrice, vous avez à surmonter certainement des difficultés en lecture et écriture. En anglais, nous allons parler de «printed disability» pour toutes ces personnes qui ont de la difficulté à lire ou à écrire à partir de documents imprimés. Pour ces personnes, il est nécessaire d’avoir recours à un environnement numérique permettant de réaliser les tâches de lecture et d’écriture. Il y a une panoplie d’aides technologiques, incluant une ou plusieurs fonctions d’aide technologique. Au Québec, l’utilisation d’une aide technologique peut évoluer dans deux environnements très différents. D’un côté, on identifie des difficultés ou incapacités et on offre des aides technologiques pour adapter l’environnement de la personne. De l’autre côté, on crée un environnement numérique accessible permettant l’utilisation de fonctions d’aide technologique pour tout le monde. Regardons les deux environnements de plus près.  

 

L’environnement adapté : identification des besoins, des moyens et utilisations d’une fonction d’aide technologique

Le plus bel exemple d’environnement adapté au Québec est le système d’éducation. C’est seulement lorsqu’il y a une difficulté que nous allons offrir une aide technologique. On va alors se mettre en mode solution pour adapter son environnement. Les fonctions d’aide technologique sont utilisées en aval du problème.   On doit donc évaluer les besoins de la personne et lui offrir des aides technologiques qui sont adaptées à elle. Une fois que l’élève a ses outils de compensation, il peut arriver à réussir. Le défi est d’avoir des services professionnels ayant la capacité de répondre aux besoins, ce qui est un défi immense. Dans un environnement adapté, on doit aussi souvent étiqueter les gens pour leur offrir des accommodements, ce qui est un frein pour ceux qui ne veulent pas être identifiés comme ayant une situation de handicap.

 

L’environnement numérique accessible : Prise de conscience d’un ensemble de besoins, identification des moyens numériques

Le plus bel exemple d’environnement numérique accessible est le WEB. Certaines règles d’accessibilité telles que «Web Content Accessibility Guidelines (WCAG ) 2.0»  sont mises en place pour que les pages WEB soient utilisables par un maximum de personnes. L’arrivée du WEB a modifié la façon de communiquer. On peut facilement avoir accès à une tonne d’information sans avoir besoin d’avoir recours à un document imprimé. Ne vous méprenez pas. Je ne dis pas que le WEB est complètement accessible, non pas du tout. Il y a encore beaucoup de boulot à faire. Cependant, il y a de plus en plus d’effort des développeurs WEB pour inclure dans leur projet l’aspect de l’accessibilité numérique.  

Dans un environnement numérique accessible, les solutions sont mises en place en amont du problème. Les fonctions d’aide technologique sont intégrées à même les outils numériques. Ainsi, une aide à la lecture par rétroaction vocale est intégrée directement dans un appareil mobile. C’est en créant le produit que l’on pense aux aspects d’accessibilité numérique. C’est gagnant-gagnant, car quand tu fabriques un espace numérique accessible cela permet d’atteindre un maximum de gens, un maximum de client. Il y a par contre des limites en ce moment pour atteindre cet idéal. Pour arriver à réduire les adaptations visant un individu en particulier, il faut que les fonctions d’aide technologique soient intégrées dans l’univers numérique et accessible à tous. Ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas.

 

Pourquoi pas un environnement numérique accessible et adapté avec aides technologiques

C’est malheureux de mettre en opposition ses deux environnements. Les institutions préfèrent souvent choisir soit l’un ou l’autre de ces principes. Pourtant, ils sont complémentaires, l’un ne va pas sans l’autre. L’idée de départ dans le principe d’accessibilité numérique provient de la prise de conscience des besoins des personnes en situation de handicap. Si les aides technologiques n’existaient pas, le principe d’accessibilité numérique n’existerait pas non plus.  

L’important est d’être conscient que les deux principes coexistent et qu’il y a de plus en plus de moyens pour les organisations scolaires, les entreprises, les institutions publiques d’offrir des espaces numériques accessibles pour tous. C’est évident qu’il y aura toujours des besoins spécifiques et que d’offrir des produits adaptés est nécessaire. Mais, si nous créons des espaces numériques accessibles, nous pouvons réduire les besoins spécifiques et réduire les coûts pour les individus en situation de handicap.

La communauté de pratiques « Solutions aides technologiques » a comme objectif d’améliorer l’inclusion des personnes en situation de handicap en offrant un espace d’échange, d’interaction pour les intervenants, parents, gestionnaires et personnes en situation de handicap sur l’utilisation des aides technologiques et la création d’espace numérique accessible. Suivez-nous sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *